Plan Ambition 2025 : la filière poursuit ses avancées pour pérenniser son modèle

6 objectifs fixés à 5 ans en réponse aux attentes du marché

Pour valoriser son savoir-faire, répondre aux nouvelles attentes sociétales et lutter contre les importations à bas coûts, l’Interprofession a lancé en 2020 son Plan Ambition ANVOL 2025. Elle s’est en particulier fixé 6 objectifs à atteindre en 5 ans :

1- Répondre à toutes les attentes de tous les circuits en proposant des volailles standards des volailles standards dont une partie en ECC- European Chicken Commitment) ou sous démarche qualité (Label Rouge, bio, CCP - Certification de Conformité Produit) selon les besoins de la consommation à domicile et de la RHD.

2- Un accès à la lumière naturelle pour 50 % des volailles : 20 % élevées dans des systèmes avec parcours extérieurs (Label Rouge et Bio) et 30 % dans des poulaillers équipés de fenêtres.

3- 100 % des élevages engagés dans l’amélioration des bonnes pratiques : déploiement de deux applications, l’une pour un audit complet des élevages (EVA) et l’autre concentrée sur le bien-être animal (EBENE) en complément des contrôles déjà effectués en Label Rouge et Bio.

4- Zéro déforestation pour une alimentation sûre et durable participation des entreprises de nutrition animale à la plateforme DURALIM pour développer les approvisionnements en matières premières françaises (80 % aujourd’hui) et en matières importées durables.

5- 60% d’antibiotiques en 15 ans : poursuite de la diminution de l’utilisation des antibiotiques avec un objectif de -5 % de réduction supplémentaire d’ici 2025 pour atteindre -60 % vs 2010.

6- Maintien des élevages familiaux : il s’agit de maintenir la dimension familiale des élevages standards, pouvant accueillir en moyenne 40 000 volailles, tandis que ce nombre est 3 fois supérieur dans les autres pays européens et jusqu’à 50 fois dans des pays comme le Brésil ou l’Ukraine.

Antibiotiques : objectif dépassé !

Avec 5 ans d’avance, la filière a d’ores et déjà réussi à dépasser les objectifs de réduction d’utilisation des antibiotiques de 60 % en 15 ans qu’elle s’était fixé. En 2019, la Profession a notamment réduit l’utilisation des antibiotiques sur les animaux de -12,8 % par rapport à 2018. Ainsi, grâce à l’amélioration du bien-être et à un suivi quotidien des animaux, la France a réussi à baisser de 60,5 % l’utilisation des antibiotiques dans les élevages français en 8 ans, entre 2011 et 2019. Cette évolution remarquable montre l’incroyable énergie que mettent les éleveurs à améliorer en permanence les conditions d’élevage de leurs animaux.

L’amélioration des conditions d’élevages permet de diminuer l’utilisation des antibiotiques, auxquels les éleveurs ont uniquement recours pour soigner les animaux en cas de maladies. S’il est nécessaire de les soigner, les éleveurs font appel à un vétérinaire qui pourra prescrire des médicaments pour une durée déterminée. Lorsque c’est le cas, les éleveurs ont l’obligation de respecter une période de retrait assurant que tout résidu soit totalement éliminé par l’animal avant sa mise sur le marché. Les volailles proposées à la consommation ne contiennent donc pas d’antibiotiques.

Bonnes pratiques : des avancées majeures

La filière poursuit le déploiement de ses outils d’audits, visant à mesurer les bonnes pratiques des élevages, en compléments des contrôles effectués par les pouvoirs publics et les Organismes Certificateurs pour les volailles sous signes officiels de qualité et d’origine.

Ouvrir le dialogue éleveurs / riverains : principal chantier de 2021

D’ici la fin de l’année, l’Interprofession va concevoir de nouveaux outils d’information visant à accompagner les éleveurs dans leur dialogue avec les citoyens. Il s’agit en effet d’expliquer l’importance des rénovations et des constructions des poulaillers qui vont permettre de préserver le modèle de la filière française et d’assurer la souveraineté alimentaire du pays.

Après un audit détaillé des outils d’information d’ores-et-déjà existants dans la filière et des entretiens avec les éleveurs, ANVOL présentera donc fin 2021 ses nouvelles actions afin d’accompagner la concertation avec les riverains. Sur le terrain, le déploiement de ces nouveaux outils conçus par l’Interprofession permettra aux éleveurs d’envisager sereinement les mises en chantier de leurs poulaillers.

Ce nouveau projet reflète la volonté des professionnels de s’inscrire dans une démarche de transparence vis-à-vis des consommateurs-citoyens. Il s’agit de faire découvrir leurs activités aux Français afin de lutter contre les idées reçues et d’assurer l’avenir de la filière avicole française dans les meilleures conditions.

Abonnez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous à notre Newsletter pour être informé de l'actualité ANVOL, l'interprofession volaille de chair.

Newsletter

l’actualité dans votre boîte mail

restez informé de toute l’actualité anvol

Inscrivez-vous à notre Newsletter pour être informé de l'actualité ANVOL, l'interprofession volaille de chair.

Retrouvez tous les sites de la Volaille Française

>
<
Click to access the login or register cheese

En cliquant sur "Accepter les cookies", vous acceptez les réglages des cookies que nous recommandons. Vous pouvez également choisir les cookies que vous acceptez dans la page consacrée à notre politique de confidentialité, visible ici : RGPD & Cookies

Réglages cookies

A l'avenir, vous pourrez toujours changer ces choix ici-même.

InterneCookies techniques et internes.

Réseaux sociauxCe site offre la possibilité de partager des contenus vers des réseaux sociaux, ou bien permet l'affichage de contenus multimédias en provenance des réseaux sociaux. Ces derniers peuvent charger des cookies tiers. Vous pouvez refuser ici l'ensemble de ces cookies, mais cela impactera probablement votre visite (ex. nos vidéos de recettes sont généralement hébergées sur YouTube). Réseaux sociaux susceptibles de charger un cookie tiers : Facebook, Instagram, Twitter, YouTube, Pinterest.

AutreAucun