Faq

La première préoccupation des éleveurs est le bien-être animal et la santé de leurs animaux. TOUTES les volailles françaises sont élevées au sol. Elles évoluent dans des poulaillers aux conditions d’hygiène contrôlées, où elles disposent de l’espace nécessaire pour circuler librement. Les volailles ont un accès constant à l’eau fraîche et à des aliments qui concourent à leur croissance harmonieuse.

La filière y travaille : Collectivement, les acteurs de la filière travaillent en continu sur le respect du bien-être animal. Engagée dans une démarche de progrès et de transparence, la filière a mis au point une application mobile (EBENE), en lien avec les professionnels et ONG Welfaristes, pour évaluer scientifiquement le bien-être animal dans les élevages.

ANVOL   30 novembre 2020  

Les antibiotiques sont utilisés en France, comme chez l’homme, uniquement en cas de maladie et sur prescription d’un vétérinaire. Beaucoup de travail préventif est mis en place dans les élevages. Les volailles françaises que l’on consomme ne contiennent cependant jamais d’antibiotique, car en cas de traitement, un délai minimal est respecté avant la mise sur le marché et assure l’élimination de tout résidu.

La filière y travaille : Evidemment consciente des effets néfastes que l’utilisation d’antibiotiques peut entrainer, la filière a pour objectif une diminution continue de leur emploi. De ce fait, en 6 années seulement, les travaux ont permis de diminuer l’utilisation de près de 50% !

ANVOL   30 novembre 2020  

En France, les élevages sont majoritairement des exploitations familiales qui sont dans un système de polyculture-élevage. Les éleveurs participent au dynamisme économique des territoires ruraux : un éleveur à temps plein sur son élevage permet de faire vivre 2 emplois supplémentaires sur le territoire. On ne peut en aucun cas parler d’élevages industriels. Les éleveurs élèvent des animaux, ils travaillent avec du vivant ! Quel que soit le type d’élevage, ils accordent la plus grande importance au bien-être, à la santé, à la qualité des animaux, et à la préservation de l’environnement.

Bon à savoir : La taille moyenne des élevages en France est nettement inférieure à celle des autres pays. En moyenne, une exploitation française compte 2 poulaillers, pour 40 000 volailles. En Europe, les exploitations comptent 3 fois plus d’animaux. Dans le reste du monde, on trouve jusqu’à 2 millions de volailles sur une même exploitation.

ANVOL   30 novembre 2020  

La préservation de l’environnement est une priorité pour la filière, qui est exemplaire en la matière et ce, quel que soit le mode d’élevage. L’impact environnemental ne dépend en effet pas de la densité de volailles par élevage, mais plutôt des techniques de maîtrise des déjections animales. Dans la filière avicole, le traitement des fumiers et lisiers est parfaitement maîtrisé. Il permet même une valorisation de ces produits comme engrais naturel, souvent au sein même de l’exploitation.

Bon à savoir : Une autorisation administrative attestant que l’activité d’élevage ne nuit pas à l’environnement et aux populations environnantes est nécessaire pour le lancement d’un élevage avicole.

ANVOL   30 novembre 2020  

Conformément à la réglementation (règlement européen 1099/2009), les volailles sont préalablement étourdies avant abattage, dans un objectif de diminution de la souffrance animale. Tout opérateur qui est susceptible d’intervenir sur des animaux vivants est spécifiquement formé au bien-être animal. Il doit être titulaire d’un Certificat de Compétence Protection Animale en abattoir (CCPA), et le renouveler tous les 5 ans. De plus, dans les abattoirs français, un salarié référent est formé à la protection animale : le Responsable de la Protection Animale (RPA). Il a pour but de superviser les opérations de manipulations des animaux vivants, de mettre en place les procédures garantissant la protection animale, et de réaliser des contrôles internes.

Bon à savoir : Les abattoirs exercent leurs activités sous l’étroit contrôle des services vétérinaires (ante-mortem et post-mortem). Les services vétérinaires contrôlent également le respect des procédures et des bonnes pratiques d’abattage.

ANVOL   30 novembre 2020  

L’alimentation est devenue, légitimement, un enjeu majeur de santé publique en France. La viande de volaille offre de nombreux bienfaits nutritionnels. Elle est riche en protéines et acides aminés essentiels à la croissance, au maintien des tissus, des muscles et des cellules. Elle procure un effet rassasiant élevé tout en étant très peu calorique. La volaille est peu allergisante, riche en vitamines et minéraux indispensables pour notre bien-être, tout en étant très facile à cuisiner. M. Hervé ROBERT, médecin nutritionniste, vous recommande la consommation de volailles pour une alimentation variée et équilibrée.

Bon à savoir : Le mode d’élevage n’influence en rien la qualité nutritionnelle de la viande. Pour ce qui est du choix de la volaille et de son mode d’élevage, c’est une affaire de goût ! En choisissant une volaille française, c’est la garantie d’une qualité sanitaire et nutritionnelle d’exception dans votre assiette.

ANVOL   30 novembre 2020  

En France, AUCUNE volaille ne consomme de farines animales. Elles sont interdites depuis novembre 2000. L’utilisation de farines d’insectes n’est pas autorisée pour le moment ; cependant, les insectes sont naturellement présents dans l’alimentation des volailles lorsqu’elles sont élevées en plein air.

ANVOL   30 novembre 2020  

Quel que soit le type d’élevage, les qualités sanitaires et nutritionnelles des volailles françaises restent une référence de par leur excellence. Le mode d’élevage, en France, n’influence en rien ces qualités. De plus, dans tous les élevages, le bien-être animal reste le souci premier de l’éleveur. Les éleveurs passent beaucoup de temps dans leur poulailler pour s’assurer que leurs animaux ne manquent de rien, les observer, et vérifier leur bien-être. Le maintien des élevages standards est une nécessité. L’objectif est de répondre à toutes les attentes de consommation des citoyens. Si la France ne produit pas de volailles accessibles à tous, elle se verrait dans l’obligation de les importer depuis d’autres pays comme le Brésil, la Thaïlande, ou l’Ukraine, sans avoir de maîtrise sur la façon dont les animaux sont élevés.

La filière y travaille : La filière mène une réflexion permanente sur le sujet du bien-être animal, afin de générer une amélioration continue des conditions d’élevage, tout en minimisant les coûts de production.

ANVOL   30 novembre 2020  

La filière française des volailles de chair offre une diversité de production unique en son genre en offrant une large diversité d’espèces de volailles selon plusieurs modes de production. Près de 20% des poulets français sont élevés en plein air (Label Rouge & Bio), contre maximum 5% pour ses homologues européens et moins de 3% pour les pays hors UE. La France représente ainsi la 1ère filière plein air d’Europe.

ANVOL   30 novembre 2020  

Dans les élevages français, l’hygiène et la santé des animaux est une priorité. De ce fait, aucun animal malade ou contaminé pouvant nuire à la santé du consommateur n’est commercialisé. Les poulaillers sont soumis à des règles très strictes et doivent être équipés en conséquence. Le matériel est nettoyé et désinfecté avant l’arrivée de chaque nouveau lot de poussins. De plus, les règles d’hygiène pour pénétrer dans les poulaillers sont particulièrement strictes et permettent de respecter les chartes sanitaires. Par ailleurs, la traçabilité des volailles françaises est totale, depuis l’élevage et jusqu’à l’assiette. Les mentions obligatoires sur chaque emballage constituent ce lien entre le producteur et le consommateur.

Bon à savoir : La filière dispose de multiples outils pour contrôler les matières premières et les produits finis : contrôles bactériologiques, traçabilité, autocontrôles au sein de l’entreprise dans le cadre de la politique d’assurance qualité, etc.

ANVOL   30 novembre 2020  

La sélection des volailles françaises, comme pour les autres animaux d’élevage et de compagnie, se fait selon un processus naturel de croisements entre différentes lignées. Les volailles françaises ne sont donc en aucun cas modifiées génétiquement. Les animaux qui ont les caractéristiques les plus intéressantes (robustesse et performances) sont sélectionnés pour la reproduction.

Bon à savoir : La France est le seul pays au monde où l’on trouve autant d’espèces et de modes de production de volailles. C’est donc un pays qui préserve la biodiversité des souches et des espèces de volailles.

ANVOL   30 novembre 2020  

Newsletter

l’actualité dans votre boîte mail

restez informé de toute l’actualité anvol

Inscrivez-vous à notre Newsletter pour être informé de l'actualité ANVOL, l'interprofession volaille de chair.

Retrouvez tous les sites de la Volaille Française

>
<
Click to access the login or register cheese

En cliquant sur "Accepter les cookies", vous acceptez les réglages des cookies que nous recommandons. Vous pouvez également choisir les cookies que vous acceptez dans la page consacrée à notre politique de confidentialité, visible ici : RGPD & Cookies

Réglages cookies

A l'avenir, vous pourrez toujours changer ces choix ici-même.

InterneCookies techniques et internes.

Réseaux sociauxCe site offre la possibilité de partager des contenus vers des réseaux sociaux, ou bien permet l'affichage de contenus multimédias en provenance des réseaux sociaux. Ces derniers peuvent charger des cookies tiers. Vous pouvez refuser ici l'ensemble de ces cookies, mais cela impactera probablement votre visite (ex. nos vidéos de recettes sont généralement hébergées sur YouTube). Réseaux sociaux susceptibles de charger un cookie tiers : Facebook, Instagram, Twitter, YouTube, Pinterest.

AutreAucun