La filière Volailles Françaises touchée de plein fouet par l’épizootie dans le Sud-Ouest

Les professionnels de la filière des volailles françaises sont frappés de plein fouet par un virulent épisode d’influenza aviaire qui a débuté en fin d’année 2020. L’épizootie touche essentiellement le sud-ouest, région historique de production de volailles Label Rouge. Elle concerne tous les élevages de volailles, qui sont par conséquent soumis à des abattages et de fortes contraintes de circulation. Les professionnels de la filière volaille de chair sont également confrontés à la fermeture de certaines frontières les empêchant d’exporter de la viande, des poussins et des œufs à couver.

Depuis le début de la crise, l’Interprofession est mobilisée avec les Pouvoirs publics afin de maîtriser cette épizootie et de mettre en place un système d’indemnisation des éleveurs et des acteurs de la filière. De plus, les professionnels, sur la base de l’avis des scientifiques et en lien avec les pouvoirs publics, vont travailler à de nouvelles dispositions afin de proposer des mesures qui permettront de préserver les élevages de volailles d’une nouvelle épizootie.

L’Interprofession des Volailles Françaises est ainsi mobilisée auprès des différents acteurs concernés par la lutte contre l’influenza aviaire et participe aux Groupes de Travail créés dans ce cadre pour assurer l’indemnisation de tous les acteurs mais aussi préparer l’avenir.

 

Exportations : Impact de la fermeture des frontières pays tiers

Depuis la première crise Influenza la filière avicole n’a jamais retrouvé ses marchés à l’exportation et reste très en deçà de la moyenne des ventes 2013 à 2015. Les ventes de viandes de volaille de chair et de génétique avicole sont les plus impactées.

Des exportations de génétique aviaire à nouveau freiné

La crise de la Covid en 2019 et une nouvelle crise influenza en 2021 vont mettre un frein important à la bonne dynamique réenclenchée par la filière avicole française jusqu’en 2019. Notons toutefois que le travail diplomatique mené par les autorités françaises depuis 2017 et la mise en place de la régionalisation permettent de limiter la fermeture des frontières de nombreux pays.


 Des épizooties qui coûtent très cher aux filières malgré les aides de l’état

Le bilan des précédentes épizooties estime les pertes de marges brutes pour les filières avicoles à 441 millions d’euros pour la première épizootie et à 583 millions d’euros pour la deuxième. Ces pertes ont été prises en charge par l’état à hauteur de 124 millions pour la première épizootie et de 158,4 pour la deuxième soit 28% des pertes.

L’impact sur la filière volaille de chair est estimé à 61 millions pour la première épizootie et 68 millions pour la seconde. Plus de la moitié des pertes, 37 millions émane du maillon sélection accouvage qui reste le maillon volaille de chair le plus touché.

 Vers une chute de la production des volailles Label Rouge

Lors du précédent épisode d’Influenza aviaire de 2015-2016, qui avait également fortement touché le Sud-Ouest, la production de volailles Label Rouge dans la région avait fortement chuté. En 2017, les mises en place d’animaux avaient en effet reculé de -13,8 % par rapport à 2016. Compte tenu des mesures prises cette année, l’impact sera plus important sur la filière volaille de chair du sud-ouest.

Abonnez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous à notre Newsletter pour être informé de l'actualité ANVOL, l'interprofession volaille de chair.

Newsletter

l’actualité dans votre boîte mail

restez informé de toute l’actualité anvol

Inscrivez-vous à notre Newsletter pour être informé de l'actualité ANVOL, l'interprofession volaille de chair.

Retrouvez tous les sites de la Volaille Française

>
<
Click to access the login or register cheese

En cliquant sur "Accepter les cookies", vous acceptez les réglages des cookies que nous recommandons. Vous pouvez également choisir les cookies que vous acceptez dans la page consacrée à notre politique de confidentialité, visible ici : RGPD & Cookies

Réglages cookies

A l'avenir, vous pourrez toujours changer ces choix ici-même.

InterneCookies techniques et internes.

Réseaux sociauxCe site offre la possibilité de partager des contenus vers des réseaux sociaux, ou bien permet l'affichage de contenus multimédias en provenance des réseaux sociaux. Ces derniers peuvent charger des cookies tiers. Vous pouvez refuser ici l'ensemble de ces cookies, mais cela impactera probablement votre visite (ex. nos vidéos de recettes sont généralement hébergées sur YouTube). Réseaux sociaux susceptibles de charger un cookie tiers : Facebook, Instagram, Twitter, YouTube, Pinterest.

AutreAucun

WeePie Cookie Allow close popup modal icon