Influenza Aviaire : victime de la plus grave crise sanitaire de son histoire, la filière volaille de chair française appelle tous les acteurs à la mobilisation et à la solidarité

Depuis quelques semaines, la filière volaille française est victime d’une épizootie d’Influenza Aviaire aussi violente qu’inattendue. Après le Sud-Ouest lourdement touché depuis l’automne dernier, c’est depuis quelques semaines la région des pays de la Loire qui doit faire face à la propagation très rapide du virus dans les élevages. A ce jour, ce sont en effet plus de 400 foyers qui ont été identifiés, dont plus de 300 uniquement en Vendée, le département le plus lourdement impacté.

Cette crise est d’autant plus grave pour la filière qu’elle va fortement et durablement impacter la production de volaille, compte tenu du rôle majeur des Pays de la Loire, deuxième région la plus productrice de volailles en France (20% de la production nationale de poulet et de dinde, 75% pour le canard à rôtir, 90% pour la pintade standard…). Facteur aggravant : cette région est également cruciale puisqu’elle concentre le nombre le plus important de sélectionneurs, d’élevages de reproducteurs et de couvoirs, indispensables pour fournir les élevages en poussins et canetons dans toute la France et à l’international.

À ce stade, tous les professionnels (éleveurs, organisations de production, fabricants d’aliments, abattoirs, couvoirs, entreprises de transformation) sont mobilisés sur le terrain et solidaires pour stopper la propagation du virus dans cette région, en coordination avec les services de l’État et les vétérinaires. L’urgence est au blocage du virus à travers des mesures fortes : arrêt des mises en place d’animaux dans les élevages, renforcement des règles de biosécurité, sécurisation maximale des transports…, afin également de préserver l’activité des élevages dans les autres régions en France. D’autre part, la filière attend avec impatience les résultats des études épidémiologiques en cours afin de mieux comprendre les raisons d’une telle propagation du virus dans le cadre de cet épisode inédit.

Si les éleveurs sont les premiers gravement touchés sur le plan économique et psychologique, ce sont tous les maillons de la filière qui sont lourdement impactés dans leur activité. Cette crise violente intervient dans un contexte économique déjà très perturbé par la flambée du cours des matières premières depuis plus d’un an, encore aggravée ces dernières semaines par les conséquences de la guerre en Ukraine.

Malgré la très grande mobilisation de toute la filière avicole française, cette crise aura des répercussions à long terme sur les territoires et dans les outils économiques (couvoirs, élevages, abattoirs, etc). C’est pourquoi, les professionnels réunis au sein de l’Interprofession Anvol appellent tous les consommateurs à faire preuve de compréhension vis-à-vis des éleveurs et des entreprises du secteur, en prenant en considération toutes les conséquences de cette crise majeure.
D’autre part, ANVOL demande aux pouvoirs publics la mise en place et le versement rapide d’indemnisations pour les éleveurs en grande détresse financière ainsi que pour les entreprises du secteur impactées. Compte tenu de l’extrême violence de cette crise, l’Interprofession demande que cet accompagnement se fasse sur le long terme afin de sauver la pérennité de cette filière indispensable à la souveraineté alimentaire du pays qui représente 100 000 emplois en France, dont 34 000 dans les élevages.

Abonnez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous à notre Newsletter pour être informé de l'actualité ANVOL, l'interprofession volaille de chair.

Newsletter

l’actualité dans votre boîte mail

restez informé de toute l’actualité anvol

Inscrivez-vous à notre Newsletter pour être informé de l'actualité ANVOL, l'interprofession volaille de chair.

Retrouvez tous les sites de la Volaille Française

>
<